Accueil Techniques de survie Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

15 minutes de lecture
1
237

« Survivre » – Ne jamais abandonner.

Voilà les maitres mots que chaque personne devrait se souvenir en situation de survie.
Et c’est bien ce matin que Olivier a dû mettre tout en oeuvre pour survivre 24 heures en forêt du Québec, dans la région de la Mauricie.

Après avoir débriefé les grandes lignes des deux jours qui vont suivre, nous sommes partis pour une randonnée dans une forêt dense et parfois très escarpée où l’on a dû user de certaines techniques pour pouvoir évoluer et progresser en toute sécurité.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Suivre les indications d’une boussole, garder le cap, n’est pas aussi aisé que suivre un sentier déjà tout tracé en forêt. Regarder la carte, sa topographie et voir par quel « chemin » on va pouvoir s’aventurer pour avancer vers notre but. En plein champ, c’est relativement facile. A d’autres moment, des falaises, des montagnes peuvent vous entraver la route.
Pour nous autres, en arrivant de l’autre coté de la forêt, c’est une falaise de glaise menant tout droit sur une rivière qui s’est dressée devant nous…

Survie 24 heures en forêt

Être courageux ne veut pas dire de ne pas avoir peur. Être courageux c’est d’avoir cette peur en nous mais de trouver un chemin pour passer au travers d’elle.

En haut de la falaise, tout à l’air petit en bas, mais la pente est bien là et avant de penser a la rivière, on a pas le choix que de descendre.
Une fois en bas, on regarde la rivière de tous bords. Le courant est assez vif de partout, on décide de marcher un peu plus loin pour voir si on peut traverser quelque part.
Nous y sommes, le courant est un peu moins fort par ici, on va devoir se lancer.
Chaque pas que nous faisions pour nous enfoncer un peu plus de l’autre coté de la rivière attisait la peur que nous avions en nous. La peur de glisser, de tomber sur une pierre et d’être emporté par le courant.
Faisant face à la rivière, nous progressions lentement l’un derrière l’autre jusqu’à arriver sur la berge.

Il y a bientôt 2 heures que nous marchons.
Le soleil se fait sombre par moment et les quelques averses de pluie qui nous suivent depuis le départ ne nous aide pas vraiment.
Il est temps de chercher un emplacement pour notre abri de cette nuit. La rivière pas très loin devrait nous proposer de quoi manger.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

L’emplacement de l’abri.

Il est 16 heures. Nous avions trouvé l’emplacement pour notre abri. La météo est toujours menaçante, on doit s’atteler à construire quelque chose de solide et surtout imperméable.
Alors c’est parti. La structure et la charpente. Du bois. Je pensais trouver du bois mort mais encore solide, puis finalement rien.
Il a fallu couper, tailler, agencer pour arriver au bout de notre projet.

Finalement, la construction a bien été. On avait gardé le feuillage de nos branches de coté pour s’en servir pour combler la toiture. Le résultat final est a la hauteur de nos espérances.
Avoir un toit pour la nuit redonne du baume au coeur, un bon coup au moral, Le stagiaire est satisfait.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Les 3 indispensables

Qu’on se le dise encore une fois, ce n’est jamais de trop. Les trois indispensables que tout randonneur devrait avoir sur lui, et je ne parle de situation de survie pour le moment, mais bien d’activité plein air, ce sont le sifflet, le briquet (ou tout autre objet qui peut allumer un feu mais de petite taille) et un couteau (là encore pas besoin d’avoir un couteau de Rambo!).

Peut-être qu’on aura pas besoin de s’en servir, peut-être que oui. Et ce soir pour allumer le feu, on va utiliser notre pierre à feu. Aussi simple ça parait, mieux vaut là encore avoir pris soin de s’entrainer à la maison pour gagner un peu de temps en situation de survie.
Olivier a très bien fait ça, en quelques coups, des étincelles ont jailli sur les copeaux de bouleau et les brindilles d’herbes sèches.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

L’abri et le feu étant finis, la nuit pas encore tout à fait tombée, on est passé à la création de harpon. Un atelier qui a su trouver son public en sachant que la rivière juste à coté regorge de beaux poissons et que ce soir, le diner, serait… du poisson !

Initiation à la pêche au harpon

Une fois l’outil créé, Olivier s’est attelé à se rendre à l’eau et tester son harpon. Déjà habitué des eaux de rivières, il n’a eu aucun mal à être à l’aise et à commencer son « expédition » poissons!

Survie 24 heures en forêt

Débriefing et dîner en soirée

Il est 19h passé quand on se « met à table » près du feu.
La pêche a été (comment dire), intéressante. 3 petits poissons en 2h00! pas de quoi faire un gros festin, mais en situation de survie, ça fait très bien l’affaire.
Nous avions tout de même prévu de quoi manger si la pêche n’avait pas été fructueuse, du coup, on a passé une belle soirée pleins d’histoires, d’anecdotes, de péripéties, et d’un briefing sur la journée passée.

Après avoir été cherché du bois pour la nuit, préparé notre lit « douillet », la nuit était belle et bien tombée. Il fallait maintenant dormir, demain une nouvelle journée nous attendait.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Lendemain matin, réveil 7h00

Alors que les rayons du soleil viennent nous frapper le visage, le feu lui, il n’en reste que quelques braises tout juste rouges. Cette nuit nous nous sommes levés à 3 reprises pour l’alimenter; ce matin, je n’ai plus qu’à mettre du bois, souffler dessus et après quelques minutes le voilà reparti.
Petit déjeuner « bushcraft » puis, nous voilà parti pour la démonstration de pose de collet.

Survie 24 heures en forêt

Survie 24 heures en forêt

Pour ma démonstration, j’ai utilisé de la paracorde de couleur vive. Il en va de soit que lors de la pose dans le but de chasser, on va prendre de la corde qui se fera un peu plus discret.
Pour ce 1er niveau de Stage, il n’est pas prévu que l’on chasse. J’ai donc mis en place un collet sous tension à titre de démonstration.

Une fois la réalisation et la mise en place faite, nous avons procédé au déclenchement du dit piège. A l’issue, nous nous sommes dirigé au camp pour la confection d’un filtre de fortune afin de de rendre une eau dépourvue de roches flottantes ou débris quelconques qui auraient pu resté dans l’eau. Par la suite il est primordial de faire bouillir l’eau 1 minute minimum avant de la consommer.

L’heure du départ

Avant de prendre le chemin du retour, nous établissons à l’aide de notre carte et boussole notre position actuelle, la destination et donc la direction à prendre.
Nous démontons notre abri, nettoyons toutes traces notre passage, nos sacs étants prêt depuis que nous nous sommes levés, nous commençons notre marche pour un retour au point initial.

Survie 24 heures en forêt

Compte rendu physique du stage de survie:

2 brulures légères aux doigts – une fatigue visible sur la randonnée du retour – des égratignures sur les mains en passant dans les bois – 1 piqure de guêpe (pour moi).

En situation de survie ou non, le danger est partout. Seulement, quand notre équipement et nos ressources étant moindre, il va de soit que nous devons nous ménager et prendre soin de la moindre blessure afin que celle ci ne s’empire pas et que l’on puisse continuer notre progression dans les « meilleures » conditions.

Pour plus d’informations sur ce type d’activité et Survie 24 heures en forêt, cliquez sur le lien.

Stage Survie 24 heures en forêt

Commentaires

comments

Charger plus d'articles liés
Charger plus par MATHIEU MONTAROUX
  • 7 conseils pour survivre en camping l’hiver

    Le camping d’hiver peut être amusant, mais il peut aussi être tout simplement froid …
  • Devenez un pro de la survie

    LERPA a développé plusieurs outils, des fiches techniques, des documents au format pdf qu&…
  • Nos 7 ennemis

    Nos sept ennemis Dès lors que nous quittons notre zone de confort, que ce soit en randonné…
Charger plus dans Techniques de survie

Vérifiez aussi

défi des 5 sommets du Charlevoix

Relever le défi des 5 sommets du Charlevoix ! C’est ce que j’ai fais le week e…