Accueil Aventures La ruée vers l’or du Klondike

La ruée vers l’or du Klondike

15 minutes de lecture
0
96

L’aventure continue,

8ème jour… Déjà 8 jours; 1 semaine que je navigue sur le Yukon River sur les traces des 100.000 prospecteurs qui ont eux aussi bien avant moi, effectué le même voyage, parfois au péril de leur vie, pour devenir plus riche en trouvant de l’or. En ce qui me concerne, je ne compte pas devenir plus riche et faire fortune, mais tout simplement devenir plus riche du coeur, plus riche de connaissances et de partages, être fier d’avoir, à ma façon retracé, vécu mon Klondike avec parfois un ressenti, une émotion en visitant les sites encore visible de la ruée vers l’or du Klondike.

1 semaine de pluie, de beau temps, de vent mais toujours un paysage magnifique, des endroits à découvrir et à partager. Ce matin je me suis permis de pousser un peu plus loin le réveil. Il est 9h00 quand je sors de la tente. Le ciel est capricieux ce matin, les nuages présents et menaçants encore une fois. Mais qu’importe. La route est belle, la route est longue et je dois encore malgré tout, continuer mon chemin.

Quand le temps pourrait encore manquer

Depuis le 1er jour de navigation je garde en tête l’heure de mon avion de retour. L’heure du retour en bus de Dawson à Whitehorse. Dimanche soir ou au pire Lundi matin il faut impérativement que je sois arrivé, car mon bus est prévu le lundi à 12h00. Je fais tout de même le calcule des kilomètres à faire pour arriver. 160 km à faire en 3 jours. Si je fais 50 km par jour, je devrais pouvoir m’arrêter plus tôt le soir et repartir plus tard le matin. Un peu comme aujourd’hui.

La ruée vers l'or du Klondike

Le courant est bon et comme la pluie pourrait tomber à n’importe quel moment, je prends la décision de mettre mes habits « waterproof » pas trop loin devant moi. En y pensant bien, à chaque fois que le temps était incertain, je faisais de même. Au meilleur des cas, les habits me servaient à protéger mes appareils photos du soleil, des goutes d’eau qui pourraient venir tomber en plein dessus, au moment où je m’y attend le moins. Là encore, le matériel et l’équipement ça coute cher, et il est important d’en prendre soin et aussi de ne pas prendre le risque de perdre toutes les données de photos et de vidéos que j’ai pu prendre depuis mon départ non pas de Whitehorse mais aussi de Montréal à Vancouver en train!

Les kilomètres défilent à vive allure. Un coup de pagaie après l’autre, le paysage s’efface derrière moi pour m’en donner un tout neuf devant. Je regarde aussi mes cartes papier. Les citations, les annotations qui y sont inscrite et me renseigne sur un quelconque site à visiter et parfois à éviter ! On est jamais trop prudent !

Un moment de stress inopiné 

En après midi, alors que je commençais à chercher un coin tranquille où accoster pour le soir, un bruit sourd se fait subitement entendre. Je cherche partout d’où ça vient. Le bruit résonne ici et là et impossible de savoir d’où y vient. Je regarde la route au loin qui pourrait en être responsable avec les camions qui passent dessus mais non rien.. aucun camion en vu, aucun véhicule ne circulent sur cette route souvent plus déserte qu’achalandée.
Soudain, je me retourne et vois derrière moi, en plein milieu de la rivière un bateau à fond plat. Il arrive droit sur moi, oui oui, droit sur moi ! Je vois dès lors les vagues qui se créent en arrière de cette grosse embarcation. Ca prend pas 2 secondes dans ma tête pour me dire qu’il va me dépasser dans pas longtemps et que ces mêmes vagues vont venir s’écraser contre mon canot.

Je range au mieux mon équipement, ressert les sangles de part et d’autres de mes affaires. Ca y est je suis prêt !
Je double d’effort pour regagner la rive droite du fleuve afin d’être au plus près si jamais je devais chavirer. Je suis moi aussi au beau milieu du fleuve et depuis le Taslin, il est beaucoup plus large. Ainsi il me faut un temps plus conséquent pour y arriver sans parler du courant qui parfois me ralenti, me fait dévier de ma trajectoire… Ca y est, j’y suis, je me sent un peu plus en sécurité. Quelques minutes plus tard le bateau arrive à ma hauteur et ralenti. Il fallait bien ça. Il passe tranquillement. Les vagues ont diminué, mais je ressent quand même du tangage pendant un certain temps. Ca coute un peu la routine de la journée. Le bateau n’a pas oublié de me souhaiter bon voyage en sonnant la corne. Ca m’a fait sourire et m’a motivé pour cette fin d’après midi.

Une île parmi tant d’autres, mais là c’est la meilleure… ou pas!

Vers 18h00 mon dernier coup de rame me propulse sur une ile au milieu du fleuve. Le soleil est encore présent, les nuages ont pour ainsi dire disparu et derrière moi, à peu près à 2 km, le bateau qui m’a dépassé a lui aussi accosté. Ne me demandez pas pourquoi, j’en sais rien. J’ai quand même pris mon télé-objectif pour faire mon curieux et à par un homme qui nettoie le pont j’ai rien vu de suspect !

La ruée vers l'or du Klondike

La ruée vers l'or du Klondike

Moi en tout ca, je dépose mes affaires dans le sable chaud, le baril à bouffe qui est maintenant bien vide à coté du canot. Je monte la tente, une ligne pour sécher mon linge et un trépied pour mettre mon filtre à eau. On voit que plus les jours passent et plus ont s’adapte et on profite de son campement. On prend le temps d’utiliser le relief, la nature et tout ce que nous pouvons avoir à disposition pour un peu plus de confort. Ici, on ne parle pas de télévision, de sofa, d’ordinateur ou de Facebook. Juste du bois, de la corde, un feu et de l’eau pour bien manger, et bien se reposer…

La ruée vers l'or du Klondike

J’en profite pour boire fêter un mon aventure, boire à la santé de ceux qui me suive durant l’expédition et les remercier mais surtout porter un toast à la venue prochaine de mon fils prévu pour le 19 Août prochain. On savait pas le sexe de bébé avant mon départ mais j’avais prévu une flasque dédiée à « mon Klondike ».
Penser aussi à écrire sur papier mon aventure est un deal passé avec mes proches avant de partir mais aussi pour moi pour pouvoir vous retranscrire comme je le fais actuellement sur mon site afin de ne pas oublier de détails importants.

Voilà une nouvelle journée dans le Yukon qui se termine en beauté, demain les kilomètres se feront encore moins présents. Je me couche vers 21h00 afin de me reposer et enfin d’avoir une nuit digne de ce nom.

La ruée vers l'or du Klondike

La ruée vers l'or du Klondike

(quelques heures plus tard, il est 00h00, je me fait réveiller par la pluie qui tombe sur la tente… Elle me berce et je me rendort.
03h00, la pluie n’a toujours pas cessée, elle s’est même intensifiée. Là, je pense déjà à demain. Si il pleut comme ça toute la journée ça va être moins drôle, mais je pense aussi à tout mon matériel qui je l’espère est correctement à l’abri. Mais tout ça, je le constaterai dans quelques heures…).

La ruée vers l’or du Klondike, ça vous parle maintenant?

     JOUR 9

La ruée vers l’or du Klondike

Commentaires

comments

  • Aventure avec un lecteur

    Expédition sauvage, l’aventure avec un lecteur Sortir de sa zone de confort, tout le…
  • E-store outdoor

    Partir en randonnée 1 journée ou plus, préparer son expédition à l’autre bout du mon…
  • Arrivée à Dawson City

    Une nuit comme je m’en serais passé ! Vendredi 3 Juin 2016, 3 heures du matin. La pl…
Charger plus d'articles liés
Charger plus par MATHIEU MONTAROUX
  • Sentier d’interprétation

    Sentier d’interprétation Quoi de plus beau en ce milieu de Mai pour aller faire une …
  • -30°C en Camping Sauvage !

    Sentier Mont Morios – Charlevoix Cette année encore, l’appel de la forêt a été…
  • Randonnée au parc Ouareau

    Secteur du Massif, parc régional de la forêt Ouareau Ce matin, j’ai rendez-vous avec…
Charger plus dans Aventures

Vérifiez aussi

Aventure avec un lecteur

Expédition sauvage, l’aventure avec un lecteur Sortir de sa zone de confort, tout le…