Accueil Aventures -30°C en Camping Sauvage !

-30°C en Camping Sauvage !

32 minutes de lecture
1
343

Sentier Mont Morios – Charlevoix

Cette année encore, l’appel de la forêt a été plus puissant que le confort de mon divan, que la chaleur de la maison. Je conçois que le camping d’hiver n’est probablement pas à portée de tous, surtout pas à ma blonde qui me regarde chaque fois partir avec sur son visage un air de « my god, il est fou! » mais je pense au contraire, que tout le monde devrait l’essayer un jour ou l’autre et donc, de se lancer dans l’aventure. N’hésitez pas à prendre contact avec moi pour une prochaine activité plein air, -30°C en Camping Sauvage !

Trois-Rivières, direction Charlevoix

Sur la route menant à la région du Charlevoix je me suis arrêté à Québec pour y laisser mon auto et embarquer avec un fidèle lecteur, Luc, qui s’est lui aussi pris au jeu et m’a proposé de m’emmener jouer sur son terrain de jeu enneigé au pied du Mont Morios.

Je suis parti à 6h00 de Trois-Rivières. Arrivé à Québec chez Luc à 8h00 tapantes, nous avons pris la route dans la foulée. Inutile de perdre 10 minutes à faire connaissance à la maison, on a 2h00 de route supplémentaire pour savoir à peut prêt tout l’un de l’autre alors go go, nous sommes partis directement vers le Charlevoix pour arriver à 11h15 au milieu de rien, à Pied des Monts, prêt pour s’aventurer par -30°C en Camping Sauvage !

Fini la civilisation, bonjour l’enfer blanc !

Pour une fois je ne me suis pas occupé des préparatifs du parcours. A par la préparation de mon matériel et équipement de camping qui allait combler mon gros sac à dos, j’ai laissé le soin à Luc de me faire découvrir sa région pour laquelle il prend un certain plaisir à me raconter de belles anecdotes marquées d’un brin de nostalgie. Luc a choisi pour sa part de marcher en raquette et tirera son traineau. A chacun son mode de transport pour peu qu’on est tous les deux du plaisir durant ces 24h00 d’aventure par -30°C en Camping Sauvage !

Pour Luc aussi, camper en hiver n’est pas une première fois. Il en fait plusieurs par saison et on sent qu’il adore ça! Et il a bien raison, quoi de mieux que de se retrouver seul avec soi même entouré d’une nature sauvage, inhabituelle diront certains, si on compare au confort plus serein que l’on peu avoir en faisant du camping l’été. Mais n’y a t-il pas ici de faux préjugés envers nos belles saisons d’hiver!?

Quoi qu’il en soit, nous marchons bon train pour les 8 km qui nous séparent de notre base au pied du Mont Morios. Assez de kilomètres pour contempler de beaux paysages, des lacs gelés, des traces d’animaux à travers un beau ciel bleu et une température de -18 degrés quand même !
il est certain qu’avec des températures telles que ça, on songe toujours à comment va se passer la soirée, la nuit et le réveil du lendemain. Si on ne fait pas attention ou si l’équipement que l’on possède n’est pas adapté au camping d’hiver, la nuit de rêve peut vite devenir un cauchemar.

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

L’hypothermie et les engelures sont mes ennemis

Même si je n’ai que rarement froid aux mains, il n’en est pas de même pour tout le monde, et Luc le premier ne s’en réjoui pas. Toutes les activités sont effectuées les mains gantées afin de se protéger de l’hypothermie ou des engelures même si le froid ne lui fait pas peur du tout.

Le sentier est très agréable à marcher et on avale les kilomètres les uns après les autres sans grand mal, avec le plus grand plaisir. Bien qu’il fasse froid et qu’on aurait tendance à pas s’en apercevoir, nous transpirons quand même et notre organisme perd beaucoup d’eau. Il devient important de s’hydrater le mieux possible. Pour se faire j’ai toujours mon water pack dans mon dos. Attention cependant à ne pas garder l’eau dans le tuyau car il va très rapidement geler par -30°C en Camping Sauvage !

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Matériel et équipement pour camping d’hiver 

Partir en randonnée pour quelques heures et partir en expédition grand froid pour 24h00 n’est pas du tout la même chose. Le matériel et l’équipement que nous emportons pour ce deuxième choix est bien plus spécifique… et dispendieux ! Pour passer une bonne nuit en toute sécurité, il va falloir en premier lieu en tente 4 saisons, un sac de couchage avec des limites de conforts extrêmes selon votre destination et les températures prévues. Puis nous allons avoir le matériel plus général de camping 4 saisons, que ce soit la vaisselle, le réchaud (attention à bien choisir votre combustible), la bouffe, les vêtements de rechange (t-shirt, pantalon, chaussettes), la trousse de soins médicales et les petites équipements comme lampe frontale par exemple. En gros, on est chargé comme des ânes et mon sac de 65 litres est rempli, ma toile de tente est elle par dessus le sac comme vous le voyez sur les photos.

Chacun choisi encore une fois son mode de transport favori selon votre expérience, ses capacités physiques et la disponibilité de son matériel. N’ayant pas de traîneau, je me contente de mon sac a dos qui fait très bien l’affaire pour le style de terrain arpenté.

Camp de base 

Vers 14h00, nous arrivons au Lac Boudreault. Le soleil est encore bien haut dans le ciel, mais on sait qu’il ne lui faudra pas longtemps pour passer derrière les montagnes.
On trouve l’endroit qui nous parait idéal pour monter les tentes, puis on pose nos sacs. C’est parti pour aplanir la neige et durcir le sol. N’ayant pas de raquette, il arrive à plusieurs reprises que je m’enfonce jusqu’à mi-cuisse sous les sourires désespérés de Luc qui me vient en aide en me prêtant les siennes.

On se met en lisière de bois, avec une vue dégagée vers les montagnes. Peut-être pas la meilleurs localisation pour s’épargner du vent mais meilleur spot pour m’offrir de belles photos à vous montrer sur mon site!

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Bois, feu, chaleur, bonheur

Passée la petite heure à monter les tentes, il faut maintenant songer à aller chercher du bois sec, de l’écorce de bouleau pour l’allumer. On en profite aussi pour creuser un trou qui va accueillir tout le bois. On s’installera par la suite avec notre matériel de cuisine pour commencer à faire la bouffe bien au chaud à coté du feu, un vrai bonheur.

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Sec et en mouflons

Une fois que les gros efforts physique de la journée sont finis, il faut penser à se changer, a enfiler des vêtements secs en laine ou en synthétique, sans oublier les chaussettes, les bobettes sèches histoire de pas avoir les fesses froides. Et oui, ne l’oublions pas, cette nuit notre pire ennemi est et sera l’humidité. L’humidité qui accélère la perte de chaleur, qui vous fais froid dans le dos, qui vous glace le sang, bref, vous voulez pas entendre parler d’humidité et pour cela il vous faut éviter le coton!

Durant notre moment auprès du feu, on échange sur nos différents équipements et ce qu’on pourrait avoir en plus pour améliorer notre confort. On parle des mouflons, c’est pantoufles rembourrés qui gardent les pieds bien au chaud même sur la neige avec leurs semelles antidérapantes, elles seraient un bon points à avoir mais là encore, quelle marque, sur quels critères se baser pour avoir de la bonne qualité et qu’elles soient efficace?

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Puis vient l’heure de se coucher

La nuit est tombée rapidement, le manque de bois aussi et on a finalement dû se résigner à aller se coucher un peu trop tôt, il devait être 20h00. Loin de là, le devoir de s’endormir tout de suite, j’ai pris quelques notes sur ma journée, fais quelques photos et vidéos, puis je me suis arrangé un bon lit douillet. Finalement ça m’aura occupé un petit moment, puis le sommeil est venu me cueillir sans m’avertir. J’étais quand même debout depuis 5h du matin et on se cachera pas que la journée aura tout de même été longue et pleine d’aventure…

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Une nuit plus froide que prévu?

L’an passé, au Mont Ham Sud, la nuit avait été vraiment froide, l’intérieur de la tente avait gelé dû au fait que j’avais été obligé de faire à manger dans la tente. Cette année, pas de bouffe à l’intérieur, nous n’avons pas eu un seul petit coup de vent. J’avais quand même cette appréhension de me réveiller à toutes les heures, à grelotter et à peiner à me réchauffer. Finalement non, ça a super bien été. Sur les coups de 01h00 du matin par contre, envie de pipi ! Et là pas question de se retenir, alors on prend son courage à deux mains et on sort dehors emmitouflé dans ton duvet. Y’en a qui vont me dire que j’avais cas prendre ma bouteille « pipi ». Bah oui je sais, mais j’ai complètement oublié la dite bouteille cette année, promis l’an prochain, je l’ai !  Même opération sur les coups de 4h, puis après je me suis réveillé vers 7h30 je crois.

Une nuit paisible avec quelques passage plus frais pour mes pieds mais rien de bien grave. En tout cas, pas à première vue !

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Finalement

Comme à chaque fois, et ça a été à peu près pareil pour Luc, l’étape la plus compliquée aura été de chausser ses bottes froides au moment de sortir de la tente le lendemain matin. Pour ma part, j’avais là aussi complètement oublié des hot pad. Mes bottes étaient complètement gelées, dures, un peu comme lors de mon aventure sur le sentier des deux criques! Avoir des hot pad permet d’éviter ce problème qui dès le matin, donne pas le gout de repartir. Une autre astuce consiste à chauffer sa gourde en métal et de l’insérer dans chacune des bottes plusieurs minutes avant de les enfiler. Je n’ai pas eu cette chance. Je pense que c’est à ce moment là que mon engelure à mon petit orteil gauche a commencé. Plus tard chez nous, je m’apercevrai que j’ai une cloche d’eau sur l’orteil, une zone quelque insensible et rougeâtre. Au moment d’écrire ses lignes, 6 jours plus tard, mon orteil n’a toujours pas repris ses forces. A par ce petit désagrément, je reviens de cette aventure sauvage plein de souvenirs, de plaisir qui je n’en doute pas est plus que partagé avec Luc et c’est certain, toujours plus prêt pour une prochaine expédition grand froid.

Qui sont les prochains volontaires pour venir avec moi?

Faire du camping d’hiver procure un énorme plaisir, une vrai satisfaction, à condition d’avoir le bon équipement. Dans le cas contraire, vous allez vivre un vrai calvaire et vous ne voudrez plus renouveler l’expérience. Voici donc les 5 indispensables pour rester au chaud durant toute votre aventure.

Tente

Il est impératif de posséder une tente 4 saisons pour faire du camping d’hiver. Celle ci possèdent moins de moustiquaires ou d’ouvertures, ce qui permet de garder la chaleur à l’intérieur. La confection, l’armature de la tente est aussi plus solide et la toile plus épaisse pour mieux résister au poids de la neige. Elles sont généralement plus spacieuses, mais là encore, dépendamment de ce que vous choisissez comme version (1 personne, 2 ou plus). Les campeurs doivent installer leur équipement à l’intérieur. Le désavantage significatif est qu’elles sont bien plus lourdes.

Sac de couchage

J’utilise un duvet sarcophage en plume. Le Salewa Phantom -14 a toujours rempli son rôle. Je peux donc facilement conseiller ce type de produit avec ses caractéristiques. finalement peu importe la marque je pense, pour peu que les composants soient adaptés au type de camping que vous voulez faire. Un duvet mouillé est difficile à sécher. Un sac de couchage avec un isolant synthétique sera peut être plus simple à sécher. Bien regarder aussi les cotes de température pour une utilisation dans le confort.

Matelas de sol

Celui que je conseille serai un matelas en mousse d’une épaisseur de 15 mm pour plus de chaleur. Gonflés au gaz de nitrogène pur, les matelas Evazote à teneur élevée en éthylène-acétate de vinyle (EVA) de 18 % sont très résistants. Flexibles jusqu’à -70 °C, ils résistent aussi très bien aux égratignures et aux rayons ultraviolets.

Equipement de vaisselle

Le X-Pot de Sea To Summit combine silicone et aluminium. Il vous donne donc toute la chaleur dont vous avez besoin, mais se plie également à la taille d’un grand disque de pouce! Les X-pots viennent en plusieurs tailles et en plusieurs coloris. Un vrai coup de cœur selon moi.

Mouflons

On parlait plus haut de ces bottes isolées. Il est certain que c’est un plus non négligeable d’en posséder pour son plus grand confort. Tige de polyester recyclé anti-déchirure, durable et résistant à l’eau, Isolant PrimaLoft Thermoball, Semelle intercalaire coussinet en EVA moulé par compression, Semelle de caoutchouc dotée de crampons IcePick.

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

-30°C en Camping Sauvage

Les conseils de passionnés

Il n’est jamais de trop que de lire et enregistrer quelques conseils de passionnés.

1. Partez toujours avec une personne expérimentée. Jamais seul, ou prévenez des proches de votre destination et votre heure de retour.

2. Tout ne se passe pas toujours comme prévu. Si vous me lisez depuis un moment vous devriez le savoir. Prévoyez donc une solution de rechange en ayant un chalet ou un abri à proximité. Si c’est votre première fois, tentez l’expérience près de chez vous (même si je ne le ferai pas car on serait parfois trop tenté de rentrer bien au chaud trop facilement).

3. Apprenez et entretenez votre équipement. On se sort pas la première fois sa tente en haut d’une montagne par -20° avec de forte rafales. Vous risquez d’avoir de la misère à la monter !

4. Pendant l’effort, n’hésitez pas à boire et manger le plus souvent possible, et chaud. le corps perd de l’eau et se refroidi vite.

5. Adaptez vos couches de vêtements. Si vous transpirez, enlevez en, si vos vêtements sont mouillés, il faut vous changer, le froid n’aura pas pitié de vous!

Savoir reconnaître les gelure et l’hypothermie

Qu’est-ce que les gelures?

Les gelures consistent en un ensemble de lésions provoquées par un froid intense agissant sur la peau et les tissus sous-jacents. Ces lésions siègent essentiellement aux pieds, aux oreilles, aux mains et au nez. Leur gravité varie selon la température, la durée d’exposition au froid et les facteurs de refroidissement comme le vent.

Signes et symptômes gelures

  • Sensation de picotement
  • Engourdissement progressif
  • Perte graduelle de la sensibilité jusqu’à l’insensibilité totale
  • Rougeurs avec plaques blanches inégales
  • Peau blanche, glacée, cireuse et parfois dure
  • Cloques

Qu’est-ce que l’hypothermie?

L’hypothermie est une chute de la température du corps au-dessous de 36 °C, causée par le froid. Dans certains cas, elle peut être mortelle.

Signes et symptômes de l’hypothermie

  • Frissons ou tremblements
  • Extrémités froides
  • Engourdissement pouvant provoquer des maladresses
  • Baisse de vigilance et manque de concentration, voire un comportement inhabituel ou bizarre
  • Présence ou non de gelures
  • Confusion
  • Perte de conscience
  • Diminution du pouls et de la respiration
  • Rigidité musculaire

Voilà, maintenant vous êtes prévenus, avec ces quelques consignes, ça devrait bien aller, rien n’est impossible.

Alors, prêt à vivre la prochaine aventure avec moi?

-30°C en Camping Sauvage !

Commentaires

comments

Charger plus d'articles liés
Charger plus par MATHIEU MONTAROUX
  • Sentier d’interprétation

    Sentier d’interprétation Quoi de plus beau en ce milieu de Mai pour aller faire une …
  • Randonnée au parc Ouareau

    Secteur du Massif, parc régional de la forêt Ouareau Ce matin, j’ai rendez-vous avec…
  • Arrivée à Dawson City

    Une nuit comme je m’en serais passé ! Vendredi 3 Juin 2016, 3 heures du matin. La pl…
Charger plus dans Aventures

Vérifiez aussi

défi des 5 sommets du Charlevoix

Relever le défi des 5 sommets du Charlevoix ! C’est ce que j’ai fais le week e…